Savez-vous comment tuer un ninja ?

paul_petit

 

Imprimez nos fiches parents!

PDF – Atelier, Comment tuer un ninja
 
Bon… je l’avoue ! J’ai eu deux filles et je suis plutôt « girly » dans mon imaginaire. Quand il s’agit d’animer des ateliers créatifs avec des enfants, j’ai souvent des réfl exes de biscuits en forme de cœur, de souliers de princesse et de Super-Héros pleins de bons sentiments qui se rapprochent davantage de Sœur Thérésa que de Superman ! Alors quand on m’a proposé de tenir un atelier créatif avec un jeune garçon, Paul, 7 ans, j’ai un peu paniqué. Après tout… je ne sais pas ce qui intéresse les garçons dans la vie ! Je me suis donc rendue chez les parents de Paul, Julie et Philippe, en toute humilité, avec mes crayons feutres et mes feuilles blanches pour demander candidement à Paul de me mettre à niveau en matière de créativité masculine. Que lisent les garçons ? Que sont leurs rêves ? Quel genre de péripéties, de héros et de drames les mobilisent ? Ainsi s’amorce l’éducation d’une Tante Willi un peu « out » !

 

Garçons 101

 

Nous débutons l’atelier, Paul, maman Julie et papa Philippe, en compagnie de la petite sœur qui traverse la phase du « non »… petite séance de pleurs pré-dodo, mais très beaux dessins ! D’entrée de jeu, je demande à Paul de me familiariser avec l’univers des garçons et voici ce que j’apprends : Les garçons aiment Star Wars, surtout les Jedi avec leurs épées lumineuses… le soccer (Paul joue aussi bien en position attaque que défense), le hockey et le mini hockey où on a le droit de toucher la rondelle avec ses bottes, et courir… Ils aiment également les espions, les chevaliers et les Ninjas !

 

Me voilà équipée pour refaire ma vie : je connais maintenant ce qui fait craquer les garçons ! Notre choix va se pencher sur les Ninjas et nous nous attaquons, avec les excellentes suggestions de maman Julie, à notre trame dramatique. D’abord, les personnages et toujours la bonne vieille recette du bien et du mal, formule gagnante me direz-vous : les bons Ninjas sont incarnés ici par le chef ROOBOS et les mauvais Ninjas, dirigés par le terrifiant et sanguinaire guerrier ZABI.

 

Petit exercice d’estime de soi

 

J’en profite pour demander à Paul de me nommer les qualités d’un bon Ninja : Agilité, force, respect, courage, sérénité, caractère joyeux, et autres pouvoirs magiques… Nous n’avons pas insisté sur les défauts du méchant Ninja, moins propices au volet pédagogique de notre atelier. On s’intéresse davantage à stimuler l’estime du jeune participant en attirant son attention sur les qualités nobles d’un héros, qualités que nous devrions tous posséder ou développer…

 

Les mauvais ninjas envahissent Saint-Lambert

 

Nous avons circonscrit notre drame à St-Lambert : une grande menace plane en effet sur la ville. Les mauvais Ninjas veulent la prendre en otage, ce qui pourrait avoir une conséquence désastreuse sur l’augmentation des taxes municipales (de mon point de vue, pas de celui de Paul !). Alors nous allons nous assurer que le chef des bons Ninjas, ROOBOS, pourra mettre K.O. le mauvais guerrier et rétablir l’ordre dans l’une des plus belles villes de la Rive-Sud de Montréal.

 

roobos

 

 

 

 

 

 

 

zabi

 

 

 

 

 

 

 

 

Au-delà de cette fâcheuse histoire de taxes, nous avons entendu dire que les mauvais Ninjas capturaient les citoyens de la ville pour les torturer. Maman Julie et moi échangeons des regards complices et un peu préoccupés … Hum… de la torture dans une histoire d’enfants ? Humour à la rescousse ! « Est-ce que ZABI torture ses victimes comme maman torture son petit Paul ? En exigeant qu’il range sa chambre ? »

 

Poursuivons…. Julie veut savoir : « Comment va-t-on éliminer le mauvais Ninja?» Avant toute chose, il faut savoir que les mauvais Ninjas sont friands de souris. Nous allons donc inventer une souris-trampoline. Ne faites pas cette tête chers parents ! Les souris-trampolines sont simples à inventer. C’est une souris dans laquelle un mécanisme de mini trampoline a été intégré. Résultat, la souris peut elle-même sauter dans la bouche de ZABI. Mais il nous faut déterminer deux choses :

 

a) Pour quelle raison ZABI aurait la bouche ouverte au bon moment?

 

b) Comment la souris peut-elle être fatale? Il nous faut une explosion de pétards pour faire sursauter le grand ZABI, créant ainsi un étonnement monstre, qui lui coupe le souffle et lui ouvre grand la bouche.

 

C’est à ce moment que notre souris-trampoline s’exécute. Paul suggère, habilement, de badigeonner la souris avec du poison. Comme ça, quand ZABI l’avalera, il tombera raide mort !

 

 

paul_will

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La recette de poison

 

C’est le meilleur moment de l’atelier et carrément de ma semaine! La recette de poison mobilise toute la famille. On s’en donne à cœur joie. Maman, papa, Tante Willi et Paul conviennent des ingrédients suivants :

 

• Poudre de souris séchées

 

• Venin de serpent

 

• Poudre de dynamite

 

• Vomis

 

• Paprika fumé (pour le goût!)

 

Le mauvais ZABI est mort, bouche bée. Nous avons conclu notre atelier, la petite fait dodo, Paul range sagement les crayons et je repars en imaginant d’autres très belles recettes de poison!

 

Consignes aux parents

 

• Un goûter sympa et dans le cas d’un atelier après 18h, du vin pour les parents et l’animatrice! • N’oubliez pas qu’une histoire doit contenir les ingrédients suivants:

 

 

– Des personnages attachants (bien définir les qualités)

– Une menace (une trame dramatique)

– Une solution heureuse à la menace (un happy ending à l’américaine est toujours garant d’un succès au box office)

– Si vous êtes comme moi: une belle leçon de vie en prime!

 

• Les qualités du personnage: voilà l’occasion rêvée pour travailler l’estime de soi de l’enfant. Demandez-lui s’il possède les mêmes qualités et comment les développer ? Si des amis, professeurs ou autres adultes de son entourage possèdent ces qualités ?

 

• N’hésitez pas à ajouter un peu de « dégoûtant » à votre histoire, surtout pour garder les garçons intéressés! Notre recette de poison a fait fureur!

 

 

• Le poison est l’occasion d’un délire familial: amusez-vous à dresser la liste de tous les ingrédients les plus affreux, ignobles et carrément vomitifs possible. On en profite pour demander à l’enfant de les écrire. Ah… si toutes les dictées à l’école étaient aussi amusantes…

 

Partagez vos ateliers avec nous. Nous les diffuserons sur la page Facebook de Metropolis bleu avec plaisir. William St-Hilaire offre un nombre limité d’ateliers créatifs en famille et ce, gracieusement. Pour réserver votre atelier à la maison, communiquez avec nous : william@metropolisbleu.org